colette5...elle les a aimé ses chiens , jusqu' à les décrire et les défendre dans ses livres .

Colette les comprennait et leur vouait un attachement sans bornes , elle se faufilait dans leurs têtes et les faisait parler comme si une conversation avec eux était normale, elle les accueillait, les consolait et leur apportait tout son amour .

Entre lévriers, bergers allemand, chats et bouledogues français , sa vie fût toujours accompagnée d'animaux qui ont tous beaucoup comptés et auquel elle rend un hommage tous au long de sa bibliographie.

Ce livre est un recueil de ses écrits fâce a la gente canîne, qui parfois fait sourire ou "briller les yeux" ....certaines histoires m'ont émue et d'autres troublées tellement on a se sentiment qu'elle est rentrée aussi bien dans leurs têtes que dans leurs âmes.

Voiçi quelques passages:  CHIENNE BULL ( tiré de "prisons et paradis")

" le bouledogue n'aime, au sens pur, total du mot, qu'une seule race d'animaux : la nôtre ".

Dans TOBY ( tiré de" 12 dialogues de bêtes" ) : " ce matin, elle m'a sifflé, et ma hâte à lui obéir fut telle que je roulai au bas des escaliers, car je suis court et carré, avec peu de pattes, point de nez, et nulle queue pour faire balancier..."

"toby-chien: " je l'aime, tu comprends. Je l'aime assez pour lui pardonner même le supplice du bain ."0612_1

"kiki la doucette : "c'est gai, un magasin ?

Toby-chien : pas souvent. Il y a beaucoup de gens pressées les uns contre les autes. Tout de suite je crains de la perdre et je colle, quoi qu'il arrive, mon museau à ses talons. Des pieds inconnus me poussent, me froissent, écrasent mes pattes. Je crie, d'une voix qu'étouffent les jupes. Quand nous sortons de là, nous avons l'air , elle et moi, de deux naufragés ..."

dans SOUCI (tiré de" l'herbier " et "journal à rebours") : "je ne fais qu'un demi-somme de sieste, mais la chienne dort. Elle dort à la manière des bouledogues, c'est à dire, qu'elle n'est que tressaillements, courses en rêves, convulsions légères des babines, efforts pour s'évader, pour crier, peut être pour parler . Au plus sombre d'un songe, ses paupières s'ouvrent. Mais ses grandes prunelles, brunes et pailletées comme un schiste, ne voient rien que l'envers dramatique du sommeil. ( ....) Tel est le cours normal d'un coeur de chienne bouledogue, combien de temps celle-çi survivra-t-elle à ses émotions ?

Un petit bull français, s'use en 10 années. Encore lui faut-il une hygiène spéciale. Mes longs silences, l'immobilité de mon travail le sauvent de lui-même, de sa curiosité passionnée, de sa crainte à toute heure, de se sentir orphelin, et calment sa faim morbide d'écouter et de retenir des paroles humaines ..."

et mon morceau préféré  tiré de " de la patte à l'aile" : " LA PERRUCHE BLEUE " :

" elle avait perdu son bouledogue, mort de vieillesse. La vieillesse vient tôt aux petits FRENCH BULLS. Ils n'ont pas plus tôt 10 ans que les voila perclus de rhumatismes; ils claudiquent du train de derrière, un mauvais rhume chronique les fait pleurer, l'épilepsie les guette... Ce sont de pauvres petits monstres trop intelligents, nerveux et jaloux, et frileux comme des oiseaux des îles...

elle avait donc perdu son bouledogue , et refusait de se consoler.

- quel chien veut-tu ? lui demandait son mari .

-je ne veut pas un chien, jeveut un bouledogue. Un bouledogueavec un oeil içi et un oeil là, très loin l'un de l'autre, et un gos front de penseur; pas de nez ou si peu , le cou bien épais, la tête dan les épaules...enfin, un bouledogue !

un passage qui traduit parfaitement ma pensée que lorsque l'on tombe amoureux d'un bouledogue, on ne peut plus se passer de leur amour inconditionnel, leur façiés si craquant, et leur oreilles de chauve-souris ....

bouledogue un jour, bouledogue toujours ......

texte

N'hésitez pas a me donner vos impressions , vous qui l'avez lus !